karaté do shotokan :: Les okuden d'Henry Plée
Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Les okuden d'Henry Plée

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    karaté do shotokan Index du Forum -> Réflexions théoriques pour une bonne pratique -> Réflexions d'ordre général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Lun 15 Juil - 20:39 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

Voilà, comme promis, je mettrai au fur et à mesure les okuden ici.




13 : Conserver les épaules basses
14 : Conserver le buste droit
15 : Conserver la nuque droite et le menton rentré
16 : Ne pas ouvrir la bouche ni grimacer
17 : Concentrer de la force dans l’abdomen
18 : Mettre de la force sous les aisselles et à l’intérieur des cuisses
19 : Ne conserver le talon du pied arrière au sol que pendant l’impact
20 : Genou avant « solide » et à l’aplomb du pied avant
21 : Si poing fermé, poignet dans le prolongement à l’impact
22 : Torsion maximale du poing à l’impact (pouce dessous)
23 : Torsion maximale du poing en fin de hikité (pouce dessus)
24 : Dans les blocages, torsion à la limite physiologique.
25 : Ne pas décoller inutilement les coudes du corps
26 : « Pénétration » à l’impact (onde de choc, « kimé » ou « punch »)
27 : Suppression de tout « appel » des pieds, du buste, de la main.
28 : Non-pensée vigilante (on dit aussi « guetter »)
29 : Regard de « Montagne lointaine » sans cligner des paupières
30 : Ne jamais grimacer, ni montrer (inutilement) les dents
31 : Kiai sonore ou silencieux avec forte expiration ventrale
32 : Ne pas parler des Okuden, le secret les renforce.


 "Tirer la jambe"

A comprendre comme faire ses déplacements avec le plus de vigueur d'énergie et de rapidité possible au contraire de la simple avancée par déséquilibre de la marche.
Par exemple, pour avancer en zenkutsu, ne pas se contenter de simplement avancer la jambe arrière mais la tirer le plus rapidement possible. Plée donne l'image du sprinter, et précise que nous ne tirerons jamais assez fort, qu'il faut considérer ça comme un défi permanent pour gagner des centièmes de secondes lors de chaque déplacement en kihon, kata et combat.



Okuden n°34 : 2 en 1

Blocage d'un bras + contre-attaque simultanée (main ou pied)

Okuden n°35 : 3 en 1

Blocage d'un bras + double contre-attaque simiultanée (main et pied ou genou).


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 15 Juil - 20:39 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Mar 16 Juil - 09:35 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

Okuden n°38 : Frappe réelle... "contrôlée.

A l'inverse du 1er stade où les coups sont portés "vaguement" à 3 niveaux (visage, buste, ventre), au second stade, les coups sont portés "en visualisant le point vital", mais en frappant "contrôlé à côté".
Exemples : au front au lieu du nez et de la bouche, à la tempe au lieu de yeux pour une pique de doigts, à l'estomac au lieu du coeur et du foie, sur le pubis au lieu des testicules, sur le tibia au lieu de la cheville ou de l'articulation du genou, etc...


Okuden n°39 : Ennéagramme des 9 coups de poings.

Ceux autorisés et surtout seux interdits en boxe :
Directs courts et long
Crochets
Uppercuts
Swings
Jabs
Hooks
Chops
Bobs
Revers
Le défaut principal du karaté est de n'utiliser pratiquement que le tsuki (estoc).


Okuden n°40 : Ennéagramme des 9 blocages.

avec l'avant-bras (haut en (1) RELEVANT, HAUTS vers l'intérieur (2) ou l'extérieur (3), MOYENS vers l'intérieur (4) ou l'extérieur (5), BAS vers l'extérieur ou l'intérieur (7), AVANT-BRAS CROISES ( 8 ), DU COUDE (9).


Okuden n°39 : Iai-Karate

Essentiel au 2ème niveau en tant que « échauffement-éveil » à effectuer au début de chaque entraînement. Etant face à face en posture naturelle (Shizen-tai), blocages et balayages (mainouverte) de gifles et piques au visage, de plus en plus rapides et vigoureuses. Puis, au fur et à mesure des progrès, défenses contre toutes attaques du membre supérieur (coup de tête y compris) et tous coups de pied (genou y compris). Parfait pour distinguer lesquelles des 33 armes naturelles sont les nôtres, inscrites dans notre patrimoine « génétique » et pour découvrir notre Tokui-waza (technique favorite) ou notre Ichi-geki-hitatsu (coup fatal) auxquels personne ne résistera.



--> dans la chronique, Henry Plée précise que cet exercice est un passage obligé pour avoir une chance de bloquer une véritable pique aux yeux (et de savoir les donner) ou bien par exemple la gifle instinctive d’une femme, en fait tout coup qui n’est pas contracté. On visera par exemple le front à la place des yeux comme le préconise un okuden précédent.


Okuden n°40 : Utilisation spatiale du corps

N’est pas indispensable si vous êtes handicapé, mais être capable d’approcher du grand écart facial et latéral, de faire un flip-flap, un saut périlleux arrière et avant (sans élan), de sauter en hauteur en rouleau californien ou cambré en arrière, est UN ATOUT CONSIDERABLE.


--> dans la chronique, Henry Plée met cet okuden en relation avec la citation de Moshe Feldenkrais suivante :
« entraîner un corps à perfectionner toutes ses formes de configuration possibles, ne change pas eulement la force et la flexibilité du squelette et des muscles, mais entraîne un changement profond et bénéfique de l’image de soi et dans la qualité de l’image de soi. »


Revenir en haut
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Mer 17 Juil - 17:28 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

Okuden 42 et 43 :

Ennéagramme des 9 coups de pieds NON CLASSIQUES :

(1) Mawashi-Uchi, de l’intérieur vers l’extérieur, impact avec balle du pied
(2) Mawashi-Uchi, impact avec talon
(3) Mawashi-Geri impact avec talon de haut en bas sur la clavicule, sur le coté du cou ou sur la nuque
(4) Attaquer la cheville interne
(5) Attaquer la cheville externe
(6) Attaquer le genou latéralement en Mawashi-Geri bas avec la balle du pied
(7) Attaquer le genou latéralement en Mawashi-Uchi bas avec le talon
(8 ) Attaquer le poing avancé de la garde de l’adversaire
(9) Ecraser les orteils

Ennéagramme des 9 utilisations de la plante du pied :
(1) coup-bas long sur l’intérieur du tibia
(2) sur l’extérieur
(3) balayage d’une garde vers l’intérieur
(4) vers l’extérieur
(5) coup d’arrêt sur le poing
(6) sur les doigts
(7) balayage d’un coup de pied vers l’intérieur
(8 ) vers l’extérieur
(9) coup d’arrêt sur le tibia

Okuden n°44 : Ennéagramme des 9 gardes.

La garde classique du premier niveau, un poing "tiré" à la hanche (hikité) peut créer une accoutumance et des ouvertures regrettables. Ce n'est pas sans raison si elle a été abandonnée en Boxe Anglo-américaine et en Boxe Française... depuis 150 ans, et que 8 autres gardes la complète.


Okuden 45 : Ennéagramme de nos 9 armes naturelles favorites

(Tokui-Waza et Ichi-Geki) à découvrir parmi nos 33 armes naturelles. Chaque arme naturelle doit être expérimentée suffisamment longtemps pour se déconditionner de toujours fermer le poing. Puis utiliser dorénavant ces « armes favorites » dans les Kihon avec partenaire et dans les kumités… sans cesser totalement l’usage du poing. Il est essentiel de demander aux attaquants d’utiliser, par surprise, l’une des 33 armes naturelles négligées… pour éviter les « surprises ».


Revenir en haut
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Jeu 18 Juil - 20:29 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

Okuden 46 : « Usage du tron »

Bloquer avec le bras seul est faible par rapport à un blocage par torsion du buste (bras-épaule-buste unis) terminé avec l’avant-bras ou la main.
Cet Okuden nous révèle que la puissance de notre blocage sera plus que doublée si nous bloquons par torsion du buste… bras épaule-buste UNIS… et si nous n’utilisons notre bras gauche qu’EN FIN D’ACTION.
La puissance sera augmentée au point de devoir faire attention à ne pas casser le péroné de la cheville ou le cubitus du bras des partenaires.
Pour ma part, ignorant cet Okuden, en tant que « Shotokan »… j’étais méprisant devant le Gedan-barai du « Wado-ryu », dans lequel le buste se met de face en bloquant Gedan-barzi durant la première défense du Pinan-Nidan (devenu Eian-Shodan en Shotokan).
Or… c’est le « Wado-ryu » qui avait raison.
Ayant eu le privilège de pouvoir en parler avec le Maître Otsuka, fondateur du Wado-ryu, je lui avais raconté mon « aveuglement » en m’en excusant. Il avait souri et m’avait dit « Il faut toujours éviter de porter des jugements techniques lorsque l’on n’a pas maîtrisé ce que l’on critique ».



Okuden 47 « Le fouet de la colonne vertébrale »

L’un des Okuden les plus secrets. Démultiplie le puissance des attaques et des blocages.
L’explication de cet Okuden est aussi difficile que d’expliquer ce qu’est un orgasme à une personne impuissante. Cette comparaison est osée mais exacte. Ce n’est pas pour rien que cet Okuden a de tout temps été le plus secret !
Il démultiplie d’une façon incroyable la force d’impact des coups ou la coupe au Sabre.
L’explication avec le sabre sera probablement plus explicite. D’ordinaire, lorsque Monsieur Tout-le-monde abaisse son sabre pour « tailler », il est toujours persuadé de mettre plus de force à l’impact en pliant le buste vers l’avant et parfois en s’aidant du poids de sa tête.
Cette façon est valable pour une lourde hache, mais elle est fausse pour « tailler » avec un sabre ou pour obtenir le maximum de puissance dans une attaque ou une défense avec les membres supérieurs ou inférieurs. Enfin, disons qu’elle est « primitive » et insuffisante…
Car lorsqu’on penche le buste en avant, L’ENERGIE CINETIQUE fait que la puissance est diminuée de moitié, voire plus. Pour qu’un long fouet « claque » (= parce que l’extrémité dépasse le mur du son !) il est indispensable de donner un certain recul à notre poignet… Accompagné d’un léger recul brusque du buste. De même pour lancer une pierre le plus loin possible. Essayez…

La puissance sera décuplée…Pour vérifier cette loi de la cinétique, montez sur deux skate-boards ou mettez des patins ou des rollers. Tenez votre sabre (ou un bokken ou un bâton) levé au-dessus de votre tête et abaissez-le DE TOUTES VOS FORCES en pliant votre buste vers l’avant… Vous reculerez.
Ensuite, faites de même mais en vous redressant, avec un brusque recul du haut du corps et de la nuque « à l’Allemande » (menton rentré)… Vous avancerez. La puissance sera décuplée.
L’action doit venir de la colonne vertébrale, de bas en haut, en provoquant la « chair de poule » (déclenchement d’adrénaline ?). Il s’agit d’une sorte de spasme. Nos pupilles s’élargissent et notre regard devient brusquement périphérique (le vrai « Regard de Montagne Lointaine » ?) et notre vigilance est accrue (on est « prêt à toute contre-attaque »). Une courte inspiration avec le ventre « remonté » et l’anus serré complète l’action vertébrale. Si vous parvenez à avoir la « chair de poule », ce sera le signe que votre action est correcte et vient bien de votre colonne vertébrale. A mon grand étonnement, j’ai constaté que quelques Budokas « bons combattants » sont néanmoins dans l’incapacité d’utiliser leur colonne vertébrale. Cette « frigidité » les incite à nier la réalité de cet Okuden. Dommage.







Okuden 48 : « Tout part des hanches »

… dit un dicton martial japonais. « Tout part de la hanche ET de la colonne vertébrale » disent les Maîtres de l’Ombre.
Le « principe profond » des rotations de la hanche concerne les multiples applications défensives (Tai-Sabaki, Koshi-Sabaki, Tai-Kaiken, Te-Sabaki) et également le « kime ». Contrairement à ce qu’il serait normal de penser, l’action de la hanche est souvent contraire au mouvement. Ainsi, dans un gyaku-tsuki droit, c’est la hanche du côté du pied gauche arrière qui doit agir et non pas celle de la hanche du pied droit avancé.


Okuden 49 : « Kime avec le ventre »

Basculage du bassin, force dans le Saika Tanden (3 cm sous le nombril et à l’intérieur), anus serré et « relevé ». Il y a eu tellement d’écrits sur le sujet que je ne vois pas l’intérêt d’en dire plus.

Okuden 50 : « Kime par recul des fesses »

Le recul brusque des fesses donne, dans certains cas, une puissance extraordinaire inattendue aux coups frontaux ou à la poussée des deux paumes.


Revenir en haut
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Mar 23 Juil - 19:25 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

Okuden 51 à 62 :

Taikyoku Shodan EN AVANCANT
et à vitesse de combat, seul : Gedan-barai / Shudan Oie-Tsuki (en "tirant la jambe")

Taikyoku Shodan EN RECULANT, idem.

Taikyoku Nidan EN AVANCANT, idem mais Jodan Oie-Tsuki.

Taikyoku Nidan EN RECULANT, idem.

Taikyoku Sandan EN AVANCANT, id. Uchi-uke / Shudan Oie-Tsuki.

Taikyoku Sandan EN RECULANT, idem.

Taikyoku Yodan EN AVANCANT, id. Age-uke / Jodan Oie-Tsuki.

Taikyoku Yodan EN RECULANT, idem.

Taikyoku Godan EN AVANCANT, id. Soto-barai / Shudan Oie-Tsuki.

Taikyoku Godan EN RECULANT, idem.

Taikyoku Rokudan EN AVANCANT, id. Gedan-Tetsui Kiba Dachi

Taikyoku Rokudan EN RECULANT, idem.


Précisons que les deux Taikyoku Rokudan sont d'origine Goju-Ryu.








Revenir en haut
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Mar 23 Juil - 19:26 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

Il est dit dans la chronique que jusqu’à maintenant, les okuden s’attachaient à former notre corps et à supprimer l’effet pervers des mystifications du 1er stade. Maintenant commence le véritable Art Guerrier.



Okuden 88 à 97 :

88 à 96 : « CHIKA-MA-GEKO » DISTANCE D’UN BRAS TENDU. Face à face avec un « partenaire-adversaire », et sans se toucher, avancer ou reculer de 3 à 5 pas (ou autour du dojo) à divers rythme EN CONSERVANT LA DISTANCE « JUSTE ». Momentanément on peut relier les 2 ceintures avec une ceinture qui ne doit ni se tendre ni se détendre à l’excès. Il es classique d’exécuter les « MA-GEIKO comme mise en condition, en échauffement souple ou de façon ludique.

88 : EN HARMONIE dans le même pas. Par exemple pour le pas Ayumi-Ashi : « comme en danse » en s’efforçant d’ « être l’ombre du partenaire ».

89 : EN CASSANT L’HARMONIE, en pas inversé. Par exemple pour le pas Ayumi-Ashi l’adversaire avance son pied droit et au lieu de reculer notre pied gauche pour être en harmonie, nous cassons l’harmonie en reculant notre pied droit.

90 : EN VARIANT LES PAS, en se mettant en harmonie lorsque l’adversaire passe de Ayumi-Ashi dans l’un des 8 Tsugi-Ashi. Ou, au contraire, de casser l’harmonie et de passer dans un autre pas (permettant d’attaquer du pied avant, ou d’entrer en corps à corps, ou d’effectuer une autre attaque).

91 à 93 : « UCHI-MA-GEIKO » DISTANCE DE JAMBE TENDUE. Idem à CHIKA-MA.

94 à 96 : « TO-MA-GEIKO » PLUS DE DEUX METRES. Idem à CHIKA-MA.

97 : LE « MA-AI » consiste en une « attente vigilante », si possible en évitant de cligner des yeux, sans limite de durée, Jusqu'à E QUE L'ADVERSAIRE CREE UNE « OUVERTURE » PHYSIQUE OU MENTALE FAVORABLE.
Savoir attendre demande une grande maîtrise de soi, sinon l’égo nous incite à attaquer (« J’ai l’air de quoi ? »)… même s’il n’y a pas d’ouverture. C’est ce qu’attend tout adversaire expérimenté ou âgé. La distance d’ « attente vigilante » entre les adversaires varie selon la discipline et selon le niveau de chacun (technique et mental), ainsi que selon la corpulence (adversaire plus grand ou plus petit que nous).




Okuden 98 à 104

Voici d’autres exercices okuden ESSENTIELS totalement négligés au 1er STADE.
Ils concernent la façon de se comporter et de se déplacer pendant le combat ou juste avant.
La mode actuelle est de « sautiller », ce qui se fait en combat guerrier… mais qui est facilement exploitable si l’on sait comment s’y prendre.
« Oui, mais comment s’y prendre ? » pensez-vous probablement, habitué que vous êtes à imiter sans puiser dans votre trésor intérieur.
Actuellement, votre problème est que vous avez constaté que la mode était de sautiller et vous avez fait de même, sans vous poser de questions sur les avantages et les désavantages.
C’est la différence entre savoir et connaître. Cherchez et vous trouverez facilement vous-même les points vulnérables des 7 TAI-AKI… afin de les exploiter, et aussi de ne pas y être vulnérable…
Les OKUDEN comprennent TOUS des Keiko (exercices) destinés à ce que notre cerveau reptilien les connaissent et réservez votre cerveau intellectuel pour d’autres activités.
LA SURVIE EST TROP S2RIEUSE POUR CONFIER VOTRE PEAU A VOTRE CERVEAU INTELLECTUEL aurait dit « le Père la Victoire », Clémenceau qui fut appelé par Poincaré à la tête du gouvernement durant la 1ère Guerre Mondiale… pour avoir dit « La Guerre est une chose trop sérieuse pour la confier à des militaires… ».

98 à 104 « TAI-AKI GEIKO ».
Les styles enseignent diverses façons de se préparer au combat ou de se déplacer. Toutes ont leurs avantages et désavantages selon les niveaux techniques de chacun et selon la nature du sol (parquet, tatami, ciment, sable, marais ou eau, bord glissant de rivière, champ labouré, sentier étroit).
Il est indispensable de s’exercer aux 7 TAI-AKI, en statique ou en déplacement, seul ou face à un partenaire utilisant le même Tai-aki ou les autres, et d’en chercher les moments de faiblesse :
A – 98 « les pieds satillants » (vulnérables parce que l’esprit est également sautillant)
B – 99 « les pieds flottants » (vulnérables parce que non assurés)
C – 100 « les pieds sautants » (vulnérables parce que nécessitant un léger appel)
D – 101 « les pieds piétinants » (vulnérables parce qu’en attente incertaine)
E – 102 « les pieds du corbeau » (piétinants avec légers déplacements latéraux du corps)
F – 103 « les pieds défensifs » (en posture basse, Jigo-Tai, Shiko-dachi, Kiba-dachi)
G – 104 « les pieds naturels » (permettent toute attaque ou défense, Shizen-Tai)


Revenir en haut
abdel


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2013
Messages: 425
Localisation: Témara, Maroc
Masculin
Style: shotokan
Grade: ceinture noire 1er Dan

MessagePosté le: Ven 26 Juil - 00:48 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

Bonjour Débilou

Ils sont 180 à peu près ?

Il serait bon que tu classifies selon les niveaux  shu-ha -li (du n° x au numéro y, donner juste trois catégories de  chiffres, comme ça en une phrase) pour que je puisse commencer par la catégorie de mon niveau et les décortiquer avant de passer aux autres Wink .


Dernière édition par abdel le Ven 26 Juil - 22:19 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Ven 26 Juil - 19:52 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

Oui, au final, il devrait y en avoir 180.
Pour le classement Shu Ha Ri, faudrait que je retrouve la chronique où il le dit...


Revenir en haut
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Ven 26 Juil - 19:54 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

Oukuden 105 :

S’il y a un dessus (OMOTE :ce qui est visible… le piège à gogos) il y a un dessous (URA :ce qui est invisible… destinés aux « éveillés »)
Cet okuden rappelle qu’il suffit bien souvent d’inverser tout ce qui est affirmé être « traditionnel » au 1er niveau… pour que cette clé ouvre la porte entre l’art martial populaire… et l’art martial supérieur. Dans tous les domaines. C’est ainsi que « la vérité sort du puits » (dicton provenant de l’histoire de sagesse « la petite grenouille née au fond du puits » et qui affirmait tout connaître du monde extérieur).

Okuden 106 :

S’il y a un dur (yang), il y a un doux (yin).Il y a toujours une forme yin (douce) dans chaque technique yang (dure) et toujours une forme yang (dure dans chaque technique yin (douce). Ainsi : le neko-ashi-dachi était une posture totalement yin (100% sur la jambe arrière) : puis, cette posture est devenue le ko-kutsu-dachi « un peu yang » (75% sur la jambe arrière) et elle donna naissance au fudo-dachi (fudo = indéracinable, 50% yang et 50% yin). Cet okuden rappelle aussi que l’ignorance du TAO (Do en japonais) a favorisé le développement des « dojos de vendeurs d’arts martiaux », chacun prétendant être « la vérité »… à l’instar des aveugles de l’histoire de sagesse : « l’éléphant dans le noir ».



Okuden 107 : Enneagramme des 9 vitalités

Stratégies animales enfouies dans notre inconscient. Ce ne sont que des déblocages afin de varier les vitalités en cours de combat, selon l’adversaire et selon d’autres critères (nature du sol, etc). Il ne faut pas hésiter à sauter très haut avec légèreté, à frôler le sol, à utiliser la force, à poser une main ou les deux mains au sol, à être courbé.
De ces vitalités animales sont nés de nombreux styles en Extrême-Orient. Les vitalités sautées ou légères se font habituellement avec inspirations. La vitalité et le « chant » (kiai) de Bruce Lee étaient la vitalité de l’écureuil. Celle de Maitre Funakoshi était celle du tigre, qu’il avait adoptée pour son « Mon » (blason, prononcer « monne »). Il existe un « chant » (kiai expiré ou inspiré) caractéristique pour chaque vitalité. Les vitalités « Albarracin » sont (1) Tigre, (2) Ours, (3) Singe, (4) Panthère, (5) Serpent, (6) Mangouste, (7) Ecureuil, (
Grue, (9) Mante religieuse.


Okuden 108 : Exercices asymétriques

Indispensables pour l’indépendance des membres, afin d’exécuter les « 2 en 1 », les « 3 en 1 » et… pour maîtriser son potentiel mental.
On peut les faire durant un kihon ou en exécutant notre kata favori. Certains pratiquants les utilisent comme « base de travail » au son du gong (réputé pour court-circuiter l’égo). Au niveau supérieur, il faut y ajouter des exercices mentaux, tels que calculer ou compter en canon, mentalement ou à haute voix. Le but est de détacher le mental du physique pour combattre à mort sans blocages mentaux. Des textes attestent que certains Samurais récitaient, dans ce but, des poèmes sur le champ de bataille.
Quoi qu’il en soit, les exercices asymétriques sont, à ma connaissance, les exercices les plus secrets. Ils furent à plusieurs reprises proches de disparaître.



Okuden n°109 : Attaques et défenses « avec le centre intellectuel » (néo-cortex)

Séries d’attaques du poing sur place, en veillant à respecter le Dogme de votre style. Kiai en expirant.

Okuden n°110 : Attaques et défenses « avec le centre émotif » (cerveau mammifère)
Séries d’attaques-défenses ultra-rapides main ouverte (paume, revers de main, piques des doigts) enchaînées sur trois niveaux (ressentir une peur intense « comme pour chasser une guêpe cherchant à vous piquer). Kiai en inspirant.

Okuden n° 111 : Attaques et défenses « avec le centre moteur » (cerveau reptilien)

Séries de 5 attaques en rafale sur place, aux trois niveaux, en y mettant toute la puissance « brute » dont on est capable, avec une sorte de rage ou de désespoir de la dernière chance. Varier Kiai en expirant et en inspirant.

Okuden 112 : « Unification des 3 centres » par le DAI-IPPON TEN-NO-KATA (seul ou avec partenaire : Défenses et contre-attaques en « 2 en 1 ». Posture de départ Shizentai)

1) gedan barai/shudan gyaku tsuki
2) shudan soto uke/shudan gyaku tsuki
3) shudan uchi soto uke/shudan gyaku nukite
4) jodan uchi age uke/shudan gyaku tsuki
5) jodan uchi shuto uke/jodan gyaku nukite
6) shudan soto barai (soto uke balayé)/gyaku shudan tsuki

Vous devez, bien évidemment, faire de même avec les « coups de pied aux 4 côtés » (shiho-geri) exécutés avec le centre intellectuel, émotif et moteur, et également en TEN-NO-KATA (attaques effectuées avec les pieds).


Revenir en haut
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Ven 26 Juil - 19:56 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

113 « Pied aquatique »

Départs d’attaques « coulées » sans avoir une idée préconçue du point vital que l’on veut toucher et… lorsque l’on arrive au milieu de l’action, voir où l’adversaire s’est découvert pour l’attaquer… car il nous est quasiment impossible de changer de pensée si l’on n’est pas resté mentalement neutre jusqu’au milieu de l’action. Il s’agit de « l’effet de chaise » : si un plaisantin retire notre chaise au moment où nous avons décidé de nous asseoir… nous tomberons, même si nous avions vu clairement que l’on nous retirait notre chaise.


114 « Partir sans hâte »

Il est des situations où débuter « lentement » une attaque est déroutant pour l’adversaire et permet « d’exploser » sur le point vital découvert… « Se hâter lentement » est un dicton germanique très pertinent.


115 « Feinte d’attaque »

Créer une « ouverture » en faisant semblant d’attaquer d’un côté pour attaquer dans l’ouverture créée. On le voit sans cesse en escrime, au tennis… et aux échecs. Difficile de ne pas réagir « bêtement » sans maîtrise de soi et sans prendre un certain « recul ».


116 « Feinte de blocage »

Exemple : contre un coup de poing droit, faites semblant de bloquer énergiquement avec votre paume droite (l’attaquant ne pourra s’empêcher de résister vers son intérieur) et… de votre paume gauche bloquez réellement presque en même temps… tout en contrant de votre poing droit (en 2 en 1). Fonctionne aussi contre les coups de pieds.


117 « Attaques en rafale »

A l’exercice, donner une combinaison ou une succession de coups ne pose aucun problème… mais en combat sérieux, LE ERVEAU AUTORISE DIFFICILEMENT PLUS D’UNE ATTAQUE (parfois deux à la limite, comme on peut le voir en boxe professionnelle). Par conséquent, il est vital de lutter contre cette « censure mentale », en s’efforçant de ne jamais se limiter à un seul coup, mais d’en donner le plus souvent possible 3 voire 5 (du membre supérieur ou inférieur). C’est parce que les « attaques en rafale » n’existent pas dans le rituel animal que les Tokushu Kihon, Gohon et Sanbon-gumité FONT PARTIE DES OKUDENS DE BASE. Certaines Ryu (Style Parker par exemple) en font une règle de base « toute contre-attaque doir être constituée d’au moins 5 contre-attaques en rafale aux 3 hauteurs ».



Okuden 118 : Coups d’arrêt d’un coup de poing

Il y a trois distances pour arrêter un coup de pied ou un coup de poing (ou une autre arme de la main) :
A)au départ (avec notre paume)
B)en cours de trajet (avec notre poing)
C)en fin de trajet (avec notre coude, juste avant l’impact)

Il faut s’exercer aux trois pour trouver notre distance favorite (qui variera selon le niveau technique et la corpulence de l’adversaire).



Okuden 119 : Coups d’arrêt d’un coup de pied

Du fait qu’un transfert de poids est nécessaire et se « sent »… les coups d’arrêt sur le tibia ou sur le genou avec la plante du pied, le sabre de pied, le dessous du talon, le genou ou le coude, sont faciles et très efficaces. Cependant ces coups d’arrêts très douloureux sont peu pratiqués au 1er stade où les « pieds tendres » se disent « si je lui fais ça… il va me le faire aussi… mieux vaut ménager mon partenaire ». Or rien n’interdit les protections.


Okuden 120 : Miroir

Par suite d’une faiblesse psychique, il est classique qu’un adversaire ait le réflexe étrange de faire la même attaque ou la même défense que la nôtre. Certaines attaques « molles » ont pour objet d’inciter l’adversaire à faire la même attaque ou le même blocage… et ça marche !


Okuden 121 : Frappe du pied au sol

(du pied avant ou du pied arrière) pour « prendre de l’énergie au sol et transmettre dans l’attaque ; pour provoquer une réaction ; pour un changement de garde ; pour préparer une attaque sautée ou en « toupie » etc.


Okuden 122 : Attaques sans armer su membre supérieur

Attaquer du poing ou de la pique de doigts… en partant de la garde naturelle, les bras pendants très « naturellement », sans appel, sans armer, sans exprimer d’agressivité est particulièrement efficace si on avance en même temps que l’adversaire avance pour nous attaquer : il s’empale sur notre contre-attaque « 2 en 1 ». La surprise est totale. Cette façon de faire est l’idée de base « révolutionnaire » du TEN-NO-KATA. Mais elle existe aussi en boxe professionnelle.


Okuden 123 : Attaques sans armer du membre inférieur

Par exemple, du pied avant (ou pied arrière) de bas en haut et de façon linéaire (sur la garde, aux testicules ou ailleurs) sans plier le genou plus que nécessaire. Ce type de coup de pied quasi imparable, qui existe en Foot professionnel, nécessite la maîtrise de la répartition du poids du corps pour qu’il n’y ait aucun temps mort d’appel.



Okuden 124 : Varier les rythmes et les hauteurs

Un exemple : débuter une attaque en donnant à l'adversaire la sensation que nous allons attaquer très rapidement à un point vital évident (la tête par exemple) et, vers le milieu de l'attaque, "voir" où l'adversaire est découvert pour changer de direction. Ne pas craindre de frôler le sol ou de bondir en hauteur.

Okuden 125 : Varier les formes

En cours d'assaut : styles carrés, ronds, courts, longs, fluide, zigzag, etc. (éviter de rester en permanence sur la même forme... et de les varier sans raison valable).

Okuden 126 : Enneagramme des 9 kiai

Le "Ki-Ai Geiko" concerne les différentes sonorités, intensités, durées (silencieux, mental, inversé : en inspiration)... mais la police appelée par les voisins vous rendra le Kiai-Geiko difficile au dojo. Explications détaillées dans "l'art sublime et ultime des points de vie", p.623 à 636


Techniques inhabituelles ou spéciales petits gabarits
(s'y exercer longuement en assauts et au cours de psychodrames) :

Okuden 127 : Blocages avec poignets croisés
, ou poignets liés.

Okuden 128 : Blocages renforcés par l'autre main (et coup de pied en plus)

Okuden 129 : Toupie défensive

Défenses et balayages en rotation complète ou demi-rotation. L'action de la tête est primordiale. Profiter d'un blocage pour tourner.

Okuden 130 : Toupie offensive

Attaques en 1/2 rotation (pour coup de coude au foie par exemple, ou "2 en 1" ou "3 en 1"). Attaque risquée, facile à éviter ou à contrer (il suffit d'avoir le courage d'avancer) mais tout dépend de l'adversaire et du timing.


Revenir en haut
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Mer 31 Juil - 21:47 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

131 : L'effondrement

Technique favorite des Maître âgés : Sur une attaque soudaine (haute ou moyenne) "tombez" sur vos talons, buste droit, comme un pantin à qui l'on coupe les fils (ou, comme lorsqu'un homme reçoit une balle en plein coeur), laissez passer l'attaque au-dessus de vous... et en même temps frappez au niveau bas (estomac, foie, bas ventre) ou saisissez les testicules à pleine main (les vieux Maîtres d'Okinawa évoquent souvent cette fin dans leurs "histoires de Dojo")

132 : Sortir du rituel

Même dans un combat de survie (ou dans une attaque crapuleuse, un viol par exemple) il est difficile à l'Homme normal de sortir du Rituel Homme-Homme. Sans exercices spéciaux, nous penserons toujours à frapper le nez, la bouche ou le corps de l'adversaire ALORS QUE NOUS POUVONS ATTAQUER LES DOIGTS DE LA MAIN AVANCEE, OU LES ORTEILS? LES YEUX...

133 : Strategies comportementales

Homme ivre, idiot, blessé, fou, effrayé, etc.
Necessitent des psychodrames de groupe "SERIEUX". Il n'y a plus de rires ou de désinvolture au 2ème STADE.

134 : Détournements d'attention verbaux

Si tous les réglements de boxe, d'arts martiaux sportifs, escrime, golf, echecs etc. interdisent de parler ou d'apostropher cela prouve... ,que parler est une arme redoutable. Préparer les phrases pouvant troubler la pensée d'un agresseur ou lui faire perdre le contrôle de soi (dans ce cas il régresse et il devient facile de savoir quelle sera sa réaction "primitive")

135 : Détournements d'attention physiques

L'Art de la Guerre par excellence. Les feintes en font partie. Le détournement devient "magique" si l'on y ajoute la parole... chose interdite au 1er Stade "sportif". Pratiquer, préparer, inventer des détournements d'attention physiques avec ou sans parole.

136 : Le gel

Exemple type de détournement d'attention : votre 1ere attaque du poing, au visage par exemple, reste "gelée", sur place, bras tendu et fort... et aussitôt votre autre poing frappe au même endroit ou à un autre point d'impact. D'autres attaques "gelées" existent. A vous de les re-découvrir maintenant que vous avez "la clef".

137 : Psychodrames

à faire en Groupe sous direction d'un Guide :
A) AVANT (rituel, pour désamorcer le combat)
B) PENDANT (lorsqu'on parle, un agresseur est presque toujours tenté d'attendre le fin de la phrase)
C) APRES (pour dédramatiser, pour éviter la vengeance... Faire un "rituel de soumission" ("j'ai eu de la chance", "tu étais le plus fort" etc)



138 : Visualisation

Utilisation du « centre d’image ». Explications détaillées dans l’art sublime et ultime des points de vie, p 361 à 365. Voir aussi méthode Feldenkrais.

139 : « 3ème dimension »

De nombreuses estampes montrent des samouraï louchant volontairement. Il paraîtrait que l’AURA est visible ainsi ‘au moment de l’attaque, l’aura deviendrait de plus en plus rouge). Je n’y suis jamais parvenu, mais ce qui est certain, c’est que le cerveau peut être éduqué à voir « l’univers fascinant de la 3ème dimension », images dites tridimensionnelles ‘une image cachée apparait lorsque les yeux et le mental sont dans un état spécial). De nombreux livres illustrés existent).

140 : Les deux regards

Nous avons un REGARD DIRECT, vision nette (en relation avec l’hémisphère gauche, intellectuel et source de l’égo), et un REGARD PERIPHERIQUE, vision floue à 180°, en relation avec l’hémisphère droir et les cerveaux mammifère et reptilien. Il s’agit du fameux « regard de montagne lointaine »… que personne n’applique au 1er stade. Exercer les deux regards au cours d’assauts « énergiques ».

141 : Regard indépendant

Tourner la tête AVEC le regard avant un blocage où une attaque est facile. Il est même recommandé de le faire dans les katas. Mais tourner seulement les yeux… en regardant quand même dde face avec le regard périphérique, est difficile à maîtriser. Attendu que tout vient des yeux dans le combat à mi-distance (sans contact physique), le regard est important pour provoquer chez l’adversaire des détournements d’attention.

142 : Inverser le regard

D’ordinaire, nos yeux se tournent du côté de notre action ou du côté ou l’on se tourne. Inverser le regard est non seulement excellent pour l’équilibre du corps mais aussi pour la santé mentale. A titre d’exemple, tourner le regard vers la gauche et la tête vers la droite EN MEME TEMPS, ou regarder vers le bas tout en en levant la tête au maximum en même temps, ou l’inverse… n’est pas facile les premiers temps (essayez…). Raison de plus pour vous y exercer… puisque vos adversaires en seront incapables. « c’est élémentaire mon cher Watson ».



143 « Effet de chaise »

Se méfier de l’effet de chaise et l’utiliser. D’ordinaire, lorsqu’une décision est prise, le cerveau s’obstine à terminer l’action, comme lorsqu’une personne s’assied ne peut se retenir si on lui retire sa chaise… même si elle voit qu’on la lui retire. S’exercer à résister à l’effet de chaise et rester « neutre » (mu-shin) jusqu’au milieu d’une attaque, afin de pouvoir changer de point d’impact est extrêmement important.

144 « Ass » (« anus en anglais »)

La peur le dilate (« il a fait dans son froc »). En revanche le « serrer » et le « remonter » en combat sérieux « donne du courage au ventre ». L’expression « serrer les fesses » l’exprime à demi-mot.

145 « Inspire »

Inspirer brusquement en bloquant ou en attaquant… fait partie des 3 ou 4 secrets du combat les plus farouchement gardés. Personne n’y pense et pourtant c’est ce que chacun fait (avec son centre émotif) en évitant la voiture qui va nous écraser, ou la guêpe qui risque de nous piquer. De plus, les blocages en inspiration permettent de contre-attaquer en expirant avec Kiai.

146 Shita-Hara-Geiko

Respiration abdominale profonde. Explications dans « l’art sublime et ultime des points de vie »

147 Tanden-Bandha-Geiko

(« avaler les entrailles ») Explications détaillées dans « l’art sublime et ultime des points de vie »

148 Démystification… des okuden

Un paradoxe. Du fait que les okuden sont rarement révélés dans leur totalité… il faut rechercher les « non-dits » dans tous les okuden.
A titre d’exemple, il est rare qu’il soit précisé que, pour « les vitalités », les légères s’effectuent en inspirant et les lourdes en expirant ; que les mouvements « asymétriques » s’effectuent toujours en « occupant » le cerveau intellectuel. Trouver les « clés de sureté » des okuden est le signe le plus clair de notre aptitude à y être initié… et à les utiliser.


Revenir en haut
débilou


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 12
Grade: 1er dan

MessagePosté le: Mer 31 Juil - 21:51 (2013)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée Répondre en citant

A partir de maintenant, il s'agit des okuden du troisième stade (Ri)

149 : Les 13 renoncements (abstentions)

Pour atteindre le silence intérieur et contrôler l'égo.
NE PLUS : mentir, "tricher", chercher le jardin secret des autres, parler d'arts martiaux, de politique ou d'injustice, de choses ménagères, de soi, critiquer ou juger, être jaloux, possessif, coléreux, chercher à progresser vite, rechercher des "pouvoirs", craindre la solitude ou la mort, chercher à aider les autres, etc. (voir "l'art sublime et ultime des points vitaux, p.334 à 338)

150 : "les mots qui touchent"

Assis en Zazen, face à face, les yeux dans les yeux, exercice de résistance a une cascade d'insultes personnelles ou intimes, sur le physique, les capacités, la couleur de peau, l'origine, la religion, la famille, la politique, etc... (établir sa propre liste, à compléter petit à petit lorsque l'on a réagi négativement dans la vie quotidienne).
En un mot, TOUT ce qui fait sortir de ses gonds "Monsieur-tout-le-monde"... mais qui laisse impassible le Sage, ou qui le fait sourire. Approuver ("tout à fait, je suis un idiot...") ou envoyer un bisou avec le sourire, peut d'ailleurs être une réaction amusante dans la vie quotidienne, pour compenser, accepter sans broncher étant irréalisable au stade ordinaire.


151 : "Trespasso"

Assis face à face de la distance d'un bras tendu, se regarder le plus longtemps possible dans les yeux, mutuellement, sans expression dans le visage et en clignat des paupières le moins possible. Une variante ludique, genre "le premier qui rira..." ou "ni oui ni non" ( deux éducatifs de grande valeur), concerne la maîtrise du clignement des paipières.

152 : "Lavage d'égo"

Après quelques minutes de "Trespasso", dire ses "4 vérités" à un Chercheur (désirant évoluer), sans explications. A son tour l'autre dira ce qu'il a "sur le coeur".

- Personne ne doit se justifier, seule la vérité de chacun compte.
- Si l'exercice concerne un couple en bordure de rupture... le drame est à craindre... sauf si un maître expérimenté est présent pour "vider totalement l'égo".
- De même, lorsque l'exercice concerne deux pratiquants en mésentente.
- Rester autant que possible dans le domaine martial.

153 : Etats de conscience modifiés

Voir pour explications détaillées "l'art sublime et ultime des points de vie"

154 : Meditation

Mokuso prolongé, avec vide mental ou "vagabond".

155 : Concentration

Idem en fixant la pensée sur un sujet ou un mantra.


156-8 : Relaxation
De préférence les premiers temps sous une voix ou une musique apaisante.

157-9 : Auto-suggestion
Jamais de suggestions négatives (telles que "je n'ai pas mal" etc).

158-10 : Auto-hypnotisme
Pour résistance à la douleur, etc.



159-11 : « Clinch »

Entrées et sorties au corps (paralysent les bras, permettent coups de têtes ou projection, fréquent en Boxe lorsqu’un des combattants commence à être « sonné »).

160-12 : Savoir projeter et ne pas être projeté

Des projections et renversements étaient enseignés dans les dojos de kendo et de karaté avant la 2ème Guerre Mondiale. En savate et en boxe française également. Retrouver les balayages et les projections simples (sans saisie préalable), telles que le « ramassage de jambes », la projection renverse en cuillère (sukui-nage), l’enfourchement en roue (kata-guruma) etc.
Apprendre (surtout) les techniques interdites par les réglements :
1) pour ne pas être projeté par un judoka/ju-jutsuka, ce qui est extrêmement facile en interposant un genou levé (ou le coude) contre une projection de hanche ou d’épaule, ou utiliser les coups d’arrêt sur les chevilles contre les balayages.
2)pour se dégager des immobilisations, des luxations et des strangulations. Acquérir « le sens du judo » demande de longues années d’assauts (5 à 10 ans si talent) mais ne plus se laisser projeter, ni luxer ou étrangler, peut s’acquérir en quelques mois (à la condition que le partenaire soit bon judoka et participe à votre recherche).


Okuden 161-13 : Savoir chuter et retomber sur ses pieds

"Ukemi" du Judo est rarement utilisable sur sol dur. Il est donc essentiel de savoir chuter "autrement" : à plat ventre (chute classique en ju-jutsu antique, abandonnée en judo), ou sur les côtés et sur le dos sans frapper le sol, et chuter en roulant. En prenant de l'âge, si vous n'avez pas appris à annuler le réflexe instinctif (pour les non budokas) de se "recevoir" avec la main ou d'interposer le coude, vous vous casserez poignet, coude, bras, épaule, hanche, genou, jambe, ce qui peut vous être fatal si vous êtes seul, isolé dans la nature ou sans secours. Retomber "sur ses pieds" lorsqu'on est projeté était une technique très élaborée en ju-jutsu antique. Le judo Kano devint célèbre grâce à Saigo qui, tel un chat, retombait toujours sur ses pieds. On peut acquérir ce sens en se faisant exécuter des projections de judo... dans le petit bain d'une piscine, et en "plongeant dans la projection" (au lieu d'y resister) afin que le partenaire tombe le premier, sous notre corps.

Okuden 162-14 : Savoir étrangler

Il est plus facile d'étrangler qu'on ne le pense. En conséquence, la moindre des choses en "Art de la Main de Chine" est d'étudier les strangulations ainsi que les défenses contre les strangulations, sinon la panique est certaine.



163-15 : Savoir luxer

Ne serait-ce que pour s'en dégager. Connaître et savoir faire rapidement les "clés" utiles pour maîtriser un individu, et pour ne pas être maîtrisé par ces techniques... est élémentaire.

164-16 : "Bras impliable"

Pour résister aux luxations. Ce totalement YANG a son totalement YIN avec les Tueshus. Plier devant la force est prôné... mais utiliser la totalité de sa force est totalement négligé (... les 3.4 des techniques seraient remises en cause)

165-17 : "Mains collantes"

(Tueshu), blocages et balayages de mains sans cesser de conserver le contact avec l'avant-bras ou le poignet de l'adversaire. Le plus difficile dans cet art réellement sublime... est d'abandonner son égo. La moindre résistance permet d'être renversé ou maîtrisé.


Okuden 166-18 : Escrime au poignard (Tanto-Jutsu)



Ce sera l’arme que vous aurez à affronter le plus fréquemment dans la rue et dont l’art peut être très élaboré. Par exemple, le poignard tenu dans le dos ou changeant de main plusieurs fois, permet de provoquer des réflexes de défense incontrôlés sur de fausses attaques et des détournements d’attention. Quelle que soit la discipline martiale (forcément conventionnelle), nous ne pourrons les éviter qu’en devenant nous-mêmes expérimentés dans ces manœuvres d’attaque. Il est maintenant bien connu que les défenses « classiques » sont pratiquement inapplicables en combat réel contre poignard (vérifiez-le, en slip, avec des partenaires attaquant avec un poignard en caoutchouc enduit de rouge à lèvres… effrayant et suicidaire !).



Okuden 167-19 : Escrime



Pour retrouver l’authenticité des techniques et des actions de « la main nue », il est indispensable d’avoir pratiqué l’escrime japonaise (Kendo avec shinai, Kenjutsu avec boken, iaido), ou chinoise, source des arts martiaux d’asie. Faute d’instructeur, exercez-vous au dojo avec un magazine roulé (toutes les attaques aux yeux arrivent si l’adversaire ignore le « Iaï Karaté »). NEGILGER L’ESCRIME EUROPEENNE EST UNE STUPIDITE. Elle est très supérieure (notamment pour l’estoc). Et rappelez à ceux qui protestent… qu’il n’y a encore jamais eu d’escrimeur chinois ou japonais champion du monde ou olympique. La France étant parmi les trois nations « top » en escrime, il est facile de voir des champions à l’entraînement ou de s’y initier.



Okuden 168-20 : Canne et Bâton (et Jô-Jutsu et Jô-Do)



Avant la première guerre mondiale, et ce depuis des siècles, TOUS les maîtres de savate française étaient également prévôts en escrime, canne et bâton long. Des livres sur la canne de combat des années 1800 et 1900 viennent d’être réédités (en vente à budostore), et il existe des clubs la pratiquant. Pour info, la suisse est la nation occidentale la plus avancée en Jô-Do japonais.



Okuden 169-21 : Bâton long (Bô-Jutsu)





Avant 1940, la pratique du bâton long au dojo de karaté et d’aiki-jutsu faisait partie de l’entrainement classique (certains gestes de défense dans certains katas d’origine okinawaienne ne s’expliquent que par l’utilisation d’un Bo).



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:09 (2017)    Sujet du message: Les okuden d'Henry Plée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    karaté do shotokan Index du Forum -> Réflexions théoriques pour une bonne pratique -> Réflexions d'ordre général Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky