karaté do shotokan :: Bunkais tekki sandan
Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Bunkais tekki sandan
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    karaté do shotokan Index du Forum -> Bunkais -> les bunkais des katas
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
abdel


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2013
Messages: 425
Localisation: Témara, Maroc
Masculin
Style: shotokan
Grade: ceinture noire 1er Dan

MessagePosté le: Ven 28 Juin - 13:36 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

[media]
[/media]


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 28 Juin - 13:36 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
abdel


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2013
Messages: 425
Localisation: Témara, Maroc
Masculin
Style: shotokan
Grade: ceinture noire 1er Dan

MessagePosté le: Ven 28 Juin - 13:56 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

[media]
[/media]


Revenir en haut
charlesrene


Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2013
Messages: 130
Localisation: paris (près de)
Masculin
Style: shotokan et mawashido
Grade: 38 ans de pratique

MessagePosté le: Dim 4 Aoû - 12:12 (2013)    Sujet du message: Dur dur, m. Lupo Répondre en citant

Bien gentil le bunkai de M. Lupo, mais où sont les Tekki dans l'histoire. La majorité des enseignements que l'on peut tirer des Tekki ont été effacés. Pourquoi? Pour mettre ces kata au goût du jour? Self à tout prix?
Je sais bien que le bunkai des kata est souvent moins spectaculaire que certaines applications, mais ce qu'il enseigne est essentiel.


L'aspect fondamental des Tekki n'est pas l'étude de Kiba-Dachi, c'est, en fait, l'étude :
  • d'une stratégie consistant à limiter les lignes d'attaques possible en se déplaçant latéralement devant un obstacle de manière à ne pas risquer d'attaques venant de l'arrière.
  • des déplacements latéraux et de l'enchaînement des postures les composants ;
  • des techniques que l'on peut utiliser à chaque stade de ces déplacements...
Il est très important d'user pleinement du ventre pour exécuter vos techniques. Une posture n'est juste que si le hara peut agir librement...
_________________
Franck Charles René LEGER
http://mawashido.free.fr


Revenir en haut
abdel


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2013
Messages: 425
Localisation: Témara, Maroc
Masculin
Style: shotokan
Grade: ceinture noire 1er Dan

MessagePosté le: Jeu 31 Oct - 03:36 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

A mon humble niveau, je suis d'accord avec ce que tu dis et je suis sûr que l'auteur a les mêmes soucis. Je ne vois donc pas où est le problème.
Avancer l'idée de faire distinction entre les applications et LE BUNKAI du kata, revient à mon sens à dire que le kata n'a qu'une seule et unique explication , une seule et unique interprétation, celle d'origine.

Or, il n'existe pas à ma connaissance un kata qui soit resté d'origine. si l'on prend les cinq heian par exemple, leur créateurs Itosu aurait scindé un large kata en plusieurs morceaux ou bien aurait racollé des morceaux de plusieurs katas pour en faire ses heian. Où est donc le Bunkai d'origine là dedans ?

Pour coller un Bunkai (un sens originel) à un kata il faudrait donc que ce dernier nous soit parvenu sain et sauf. Ce dont j'en doute fort.

Le trésor qui se cache dans un kata, à savoir son bunkai qu'il faut découvrir, est donc mor cellé entre plusieurs katas ou bien des morceaux du puzle n'existent plus. Par conséquent des morceaux du Bunkai n'existent plus. Alors autant chercher l'aiguille en or dans la botte de foins morcellée.

Ajoutez à cela que des actes ou des buts  sont cachés dans le kata, alors ipso facto certains de ces gestes ou actes n'existent plus à cause des modifications et des parcellements des katas d'origines.

Je ne crois pas que par exemple dans heain shodan, laisser son dos à découvert au second assaillant soit une chose qui passe sous le nez des pratiquants. Qui me dit que le but ne soit pas tout simplement d'apprendre à faire à gauche ce que l'on fait à droite ? Le but n'est pas de tourner le pratiqaunt en ridicule dans un bunkai où il se laisse à découvert sur son dos.

Le kata n'est pas uniquement un scénario de stratégie et de tactique, il est aussi une feuille de route pour mémoriser des gestes  dans toutes les directions possibles. Lors d'un combat de rue, je ne vais pas dire " tiens je vais appliquer tel morceau précis d'un tel kata précis avec cet individu", mais mon corps va sortir les gestes et positions adéquats issus de plusieurs katas à la fois ( et de plusieurs kihon et kumite bien entendu). Quand j'aurais assomé mon assaillant, c'est à lui de méditer (chez lui ou à l'hopital) comment j'ai fait. Il découvrira le Bunkai de mon action à ses dépens...

Le bunkai d'un kata, c'est pour me sortir d'un traquenard qui sera réel, ce ne sera pas du tout un travail de recherche  pour la recherche sur un kata qui n'en est plus un à travers des siècles.
Des applications pratiques , qui m'éloignent certes du kata, seront plus...pratiques en cas de pépin, qu'un savant travail de recherche pour comprendre ce que voulait dire le créateur du kata.


Revenir en haut
charlesrene


Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2013
Messages: 130
Localisation: paris (près de)
Masculin
Style: shotokan et mawashido
Grade: 38 ans de pratique

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 13:29 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

Citation:
Avancer l'idée de faire distinction entre les applications et LE BUNKAI du kata, revient à mon sens à dire que le kata n'a qu'une seule et unique explication , une seule et unique interprétation, celle d'origine.


 
 
Pour moi, et si tu vas voir sur mon site les bunkai que j’y détaille tu comprendras mieux ma vision, si l’on considère le kata comme un texte, le bunkai en est la lecture à partir de laquelle on peut comprendre le texte.  
 
A partir de là, on peut reprendre le texte mot à mot (technique par technique) dans ce cas nous trouvons beaucoup de signification possible dans le dico, mais beaucoup sont hors-sujet (donc si l’on n’a pas compris le texte d’origine comment faire le tri). Ensuite si l’on analyse phrase par phrase (applications) on pourra mieux faire le tri, mais si l’on ne connaît pas le texte original on peut également passer à côté de la bonne signification (on le voit très clairement à la fois par la suppression ou l’ajout de techniques, et par les divers placements non pertinent). Néanmoins, pour faire le bunkai d’un kata, il faut bien entendu connaître et tester toutes les techniques, leurs diverses applications et faire de même avec les divers enchaînements. 
 

Citation:
Or, il n'existe pas à ma connaissance un kata qui soit resté d'origine. si l'on prend les cinq heian par exemple, leur créateurs Itosu aurait scindé un large kata en plusieurs morceaux ou bien aurait racollé des morceaux de plusieurs katas pour en faire ses heian. Où est donc le Bunkai d'origine là dedans ?


D’abord, si l’on trouve le bunkai des kata qui ont été utilisés pour créer les heian, nous aurons ainsi le bunkai des divers passage de ces kata. Ensuite, maître Itosu avait un niveau tel qu’il pouvait se permettre de ne pas dénaturer le « texte » original. 
 
  
 
Citation:
Pour coller un Bunkai (un sens originel) à un kata il faudrait donc que ce dernier nous soit parvenu sain et sauf. Ce dont j'en doute fort. Le trésor qui se cache dans un kata, à savoir son bunkai qu'il faut découvrir, est donc morcellé entre plusieurs katas ou bien des morceaux du puzle n'existent plus. Par conséquent des morceaux du Bunkai n'existent plus. Alors autant chercher l'aiguille en or dans la botte de foins morcellée.
 
 
C’est pour cela qu’il faut analyser en même temps les kata de divers styles pour essayer de comprendre ce qui a pu se produire et également les kata du style. Souvent le bunkai de l’un peu éclairer un autre, on peut également trouver des techniques supprimées ou ajoutées. Il faut alors en analysant le kata comprendre les raisons de ces modifications. Souvent elles sont faites par incompréhension du kata. C’est pour cela que le bunkai se fait à partir de plusieurs kata (15 dans mon cas) et que cela demande beaucoup de travail et de temps (les maîtres disaient 3ans pour un kata) 3 séances actuellement et même moins, donc. 
 

Citation:
Je ne crois pas que par exemple dans heain shodan, laisser son dos à découvert au second assaillant soit une chose qui passe sous le nez des pratiquants. Qui me dit que le but ne soit pas tout simplement d'apprendre à faire à gauche ce que l'on fait à droite ? Le but n'est pas de tourner le pratiqaunt en ridicule dans un bunkai où il se laisse à découvert sur son dos.
 
 
Va voir le bunkai d’heian shodan. 
http://mawashido.free.fr/page7.html

Citation:
Le kata n'est pas uniquement un scénario de stratégie et de tactique, il est aussi une feuille de route pour mémoriser des gestes  dans toutes les directions possibles. Lors d'un combat de rue, je ne vais pas dire " tiens je vais appliquer tel morceau précis d'un tel kata précis avec cet individu", mais mon corps va sortir les gestes et positions adéquats issus de plusieurs katas à la fois ( et de plusieurs kihon et kumite bien entendu). Quand j'aurais assomé mon assaillant, c'est à lui de méditer (chez lui ou à l'hopital) comment j'ai fait. Il découvrira le Bunkai de mon action à ses dépens...

Le bunkai d'un kata, c'est pour me sortir d'un traquenard qui sera réel, ce ne sera pas du tout un travail de recherche  pour la recherche sur un kata qui n'en est plus un à travers des siècles.
Des applications pratiques, qui m'éloignent certes du kata, seront plus...pratiques en cas de pépin, qu'un savant travail de recherche pour comprendre ce que voulait dire le créateur du kata
 

 
 
Il est hors de question de prétendre appliquer des passages de kata en combat réel. C’est justement pour cela qu’on en fait le bunkai dit intégral. Ce sont justement les principes tactiques et stratégiques que l’ on appliquera ainsi que les qualités acquises aussi bien coordination, déplacement, respiration, regard, utilisation du hara, habitude d’analyser des situations de combat (c’est ce que l’on fait en faisant ce type de bunkai)… Quant aux applications pratiques elles sont souvent loin du combat réel et en tout cas de la stratégie. Quand je vois un tekki fait au milieu d’une pièce commençant face/face en Zen-kutsu… Alors que les tekki veulent transmettre une stratégie expliquant au pratiquant comment limiter les lignes d’attaques adverses en se déplaçant devant un mur, je me pose des questions… 

_________________
Franck Charles René LEGER
http://mawashido.free.fr


Revenir en haut
abdel


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2013
Messages: 425
Localisation: Témara, Maroc
Masculin
Style: shotokan
Grade: ceinture noire 1er Dan

MessagePosté le: Sam 2 Nov - 01:50 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

Je retiens donc, Charles, que le bunkai d'un kata (ce dernier étant modifié à travers le temps) est inséparable des bunkais des autres katas pour faire face aux problèmes de suppression et d'ajouts à travers le temps. Et si on a encore des doutes, on se servira des katas des autres styles dans l'espoir d'y retrouver une vérité originelle.

Par conséquent personne ne sera jamais capable de trouver le bunkai d'un kata quelconque sans être une encyclopédie de tous les katas de tous les styles. Non seulement tu places la barre assez haute, mais on ne l'aperçoit même pas, si haute qu'elle est, jusqu'à dépasser la stratosphère terrestre. Bon je plaisante, mais cela montre au moins que ceux qui font des applications n'ont pas ce plaisir de faire des recherches théoriques toute leur vie, dans le seul but de découvir le vrai sens d'un kata.

Il ya un but plus simple, celui de se faire découvrir à soi-même, de se comprendre et de reconnaître ses limites, de tenter de pousser ces dernières encore plus loin, tant par le corps que par l'esprit. Les katas peuvent y aider, tout comme le reste du karaté ou tout autre art martial.

 Atteindre le graal ,objet sacré aux pouvoirs puissants, pourrait être assimilé à l'appréhension des bunkais, connaissance suprême de l'art martial. Ou bien détenir les bunkais équivaudrait à détenir les épées de vérité, des excaliburs des créateurs de katas. C'est en somme en faire des êtres hors du commun, dont nous sommes incapables d'expliquer les trouvailles en arts martiaux cachés dans les katas d'origine.

Cela expliquerait peut-être que la Voie n'est pas si simple à suivre et qu'une vie est insuffisante pour maîtriser un seul art martial. Le chemin le plus court serait de ne pas trop s'emmêler les pinceaux dans des directions qui sentent l'ésoterisme et le scientisme des gourous détenteurs de vérités mystérieuses et de s'en tenir à des applications qui serviront à sauver notre peau dans l'urgence.


Revenir en haut
charlesrene


Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2013
Messages: 130
Localisation: paris (près de)
Masculin
Style: shotokan et mawashido
Grade: 38 ans de pratique

MessagePosté le: Sam 2 Nov - 12:58 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

Citation:
Je retiens donc, Charles, que le bunkai d'un kata (ce dernier étant modifié à travers le temps) est inséparable des bunkais des autres katas pour faire face aux problèmes de suppression et d'ajouts à travers le temps. Et si on a encore des doutes, on se servira des katas des autres styles dans l'espoir d'y retrouver une vérité originelle.
 
 
  
 
Autrement ce serait trop facile et tout le monde le ferait.

Citation:
Par conséquent personne ne sera jamais capable de trouver le bunkai d'un kata quelconque sans être une encyclopédie de tous les katas de tous les styles. Non seulement tu places la barre assez haute, mais on ne l'aperçoit même pas, si haute qu'elle est, jusqu'à dépasser la stratosphère terrestre. Bon je plaisante, mais cela montre au moins que ceux qui font des applications n'ont pas ce plaisir de faire des recherches théoriques toute leur vie, dans le seul but de découvir le vrai sens d'un kata.
 
 
Ce n’est pas si difficile que cela. Ensuite ces recherches ne sont pas du tout théorique. Je vois que tu n’as pas encore eu le temps d’aller voir les bunkai que je donne. Ensuite, la valeur d’un bunkai se voit à ce qu’il permet de trouver d’autre part.

Citation:
Il ya un but plus simple, celui de se faire découvrir à soi-même, de se comprendre et de reconnaître ses limites, de tenter de pousser ces dernières encore plus loin, tant par le corps que par l'esprit. Les katas peuvent y aider, tout comme le reste du karaté ou tout autre art martial.
 
 
On peut donc dire que celui qui ne peut aller au-delà de simples applications y a trouvé ses limites au moins au niveau esprit. Ensuite, pour le corps, si je tiens compte de tous ceux qui se plaignent de problèmes dus au karate (traumatologie), vertèbres, articulation… Comment envisager de pratiquer toutes sa vie dans ces conditions.  

Citation:
 Atteindre le graal ,objet sacré aux pouvoirs puissants, pourrait être assimilé à l'appréhension des bunkais, connaissance suprême de l'art martial. Ou bien détenir les bunkais équivaudrait à détenir les épées de vérité, des excaliburs des créateurs de katas. C'est en somme en faire des êtres hors du commun, dont nous sommes incapables d'expliquer les trouvailles en arts martiaux cachés dans les katas d'origine.
 
 
En fait, tout le monde dit que les katas sont les trésors du karate et tout le monde se contente de secouer la boite en pensant que ça va tomber sans avoir le moindre effort à faire. Rien n’est donné. On a des clefs, mais pourquoi les utiliser. Il suffit d’attendre et ça tombera tout seul.

Citation:
Cela expliquerait peut-être que la Voie n'est pas si simple à suivre et qu'une vie est insuffisante pour maîtriser un seul art martial. Le chemin le plus court serait de ne pas trop s'emmêler les pinceaux dans des directions qui sentent l'ésoterisme et le scientisme des gourous détenteurs de vérités mystérieuses et de s'en tenir à des applications qui serviront à sauver notre peau dans l'urgence.
 
 
Je ne suis pas sûr que réfléchir en se basant sur la logique (que ferais-je en combat réel), l’anatomie, la stratégie, la tactique, etc. puissent être considéré comme ésotérique ou autre. Pour moi, réfléchir est la base des arts martiaux et s’en tenir à des applications de bas niveau pour éviter d’approfondir au-delà n’est pas une bonne solution, mais après tout c’est tout bon pour ceux qui vont beaucoup plus loin. 

_________________
Franck Charles René LEGER
http://mawashido.free.fr


Revenir en haut
charlesrene


Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2013
Messages: 130
Localisation: paris (près de)
Masculin
Style: shotokan et mawashido
Grade: 38 ans de pratique

MessagePosté le: Sam 2 Nov - 16:09 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

Citation:
Je ne crois pas que par exemple dans heain shodan, laisser son dos à découvert au second assaillant soit une chose qui passe sous le nez des pratiquants. Qui me dit que le but ne soit pas tout simplement d'apprendre à faire à gauche ce que l'on fait à droite ? Le but n'est pas de tourner le pratiqaunt en ridicule dans un bunkai où il se laisse à découvert sur son dos.

  






Je reviens sur ta remarque car elle est significative. En effet, d'un coté, tu as remarqué qu'il y avait ici un problème. Dans les applications beaucoup résolvent ce problème en s'entrainant à aller de plus en plus vite ce qui est ridicule.

En bunkai on commence par analyser le pivot. On se demande ce que l'on ferait dans cette situation ainsi, en étudiant ce pivot on en arrive à comprendre à la fois ce que le maître a voulu transmettre et quel timing est celui du kata et comment on doit agir suivant les divers timing. On s'aperçoit rapidement que l'on s'est trompé en croyant que l'on aurait agit ainsi si l'autre adversaire avait été à distance de combat quand on faisait face au premier et surtout que l'on aurait utilisé ce type de pivot avec en plus cette manière de l'exécuter.
  
pivot de 180° SA : Certains combattants reculent pour croiser le pied gauche derrière le droit tout en regardant derrière eux, d'autres, plus avisés pivotent en Nekoashi-Dachi. Tous préparent Gedan-Barai dès le début de leur pivot.   
  
En fait les premiers s'imaginent devoir se retourner le plus rapidement possible pour parer un Mae-Geri. Mais qui reculerait de dos vers un adversaire qui serait à distance de combat ou aurait débuté son attaque ?   
  
Il serait plus judicieux de se retourner sur place dans le premier cas ou en esquivant dans le second.   
  
Les autres, plus corrects sur le plan technique, ont le tord d'agir comme s'ils savaient à l'avance ce qu'ils devront faire à la fin de leur pivot.
  
En fait, ce pivot vous permet d'effectuer un tour d'horizon à la recherche de votre prochain adversaire (photos). Le regard doit précéder le mouvement et arriver avant le corps dans la direction de Tori.   
  
N.B. : Le pivot se poursuit en Nekoashi-Dachi si l'on considère que Tori entre à distance de combat à l'instant où l'on fait face à 3 h (travaille la stabilité et la RSI). Dans le cas contraire, il serait judicieux de poursuivre avec la préparation de Mawashi-Shodan correspondante en écartant le pied droit à droite, passant ainsi en Kiba-Dachi, poids du corps toujours sur le pied gauche. Puis de faire face à Tori en Ko-Kutsu pour parer enfin en Zen-Kutsu avec RMS...  

_________________
Franck Charles René LEGER
http://mawashido.free.fr


Dernière édition par charlesrene le Dim 10 Avr - 22:32 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
abdel


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2013
Messages: 425
Localisation: Témara, Maroc
Masculin
Style: shotokan
Grade: ceinture noire 1er Dan

MessagePosté le: Mar 5 Nov - 13:04 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

Charles, des lecteurs peuvent ne pas être habitués à ton language en initiales, il faudrait mieux le préciser entre parenthèses. Par exemple SA et SIA (sens des aiguilles) (sens inverse des aiguilles).

Quant à RSI, je l'ai moi-même oublié (rotation sens inverse ?).

Mais comprendre "à 3 h", il faut vraiment être un aviateur ! ( tu veux dire à 45 ° ? ou un autre degré ?)


Enfin, je te signale que je n'ai pas encore lu les bunkai sur ton site. C'est tellement important que je liquide tout ce qui est secondaire pour pouvoir m'y atteler librement et avec toute mon attention.


Revenir en haut
charlesrene


Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2013
Messages: 130
Localisation: paris (près de)
Masculin
Style: shotokan et mawashido
Grade: 38 ans de pratique

MessagePosté le: Mar 5 Nov - 13:54 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant


Citation:
Charles, des lecteurs peuvent ne pas être habitués à ton language en initiales, il faudrait mieux le préciser entre parenthèses. Par exemple SA et SIA (sens des aiguilles) (sens inverse des aiguilles).
OK.

Citation:
Quant à RSI, je l'ai moi-même oublié (rotation sens inverse ?).
En effet et RMS est rotation dans le même sens

Citation:
Mais comprendre "à 3 h", il faut vraiment être un aviateur ! ( tu veux dire à 45 ° ? ou un autre degré ?)
C'est en rapport avec une pendule dont on occupe le centre 12 h est devant soi, 3h à 90° sur la droite.


Citation:
Enfin, je te signale que je n'ai pas encore lu les bunkai sur ton site. C'est tellement important que je liquide tout ce qui est secondaire pour pouvoir m'y atteler librement et avec toute mon attention.

J'attendrais ton avis. J'ai parfaitement conscience qu'il faut du temps pour étudier calmement les bunkai.
_________________
Franck Charles René LEGER
http://mawashido.free.fr

Revenir en haut
abdel


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2013
Messages: 425
Localisation: Témara, Maroc
Masculin
Style: shotokan
Grade: ceinture noire 1er Dan

MessagePosté le: Mer 13 Nov - 03:46 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

Bonjour Charles,

Je n'ai trouvé que le bunkai de heian shodan, où se trouve les autres bunkais ?

Je peux néanmoins donner déjà un avis, quoique je ne sois pas habilité à en donner, étant donné que je ne suis qu'un simple débutant.

Tu précises à plusieurs endroits de ton site que pour comprendre un kata et son bunkai il faut recourir à la stratégie et la tactique.

Or, à ma connaissance, la tactique et la stratégie sont des moyens de tenter de remporter une victoire ou de résoudre un problème complexe (contre d'autres personnes) de diverses natures (un complot, une conspiration ou une machination par exemple). La tactique étant un sous élément de la stratégie , modifiable à souhait pour réussir la stratégie d'ensemble.

A l'air libre, la stratégie globale et la tactique; envisagée pour chaque tranche de la stratégie, dépendra de l'état des lieux : topographie, issues, obstacles, luminosité, soleil ou pluie, etc, déplacement de l'ennemi, son nombre, son armement, et j'en passe. On travaille donc avec des données mouvantes et changeantes selon les temps et les époques, selon les ennemis. Un général d'armée fera donc moduler sa stratégie et ses tactiques selon les données qu'il a sous les yeux ( ou des yeux de ses espions ou éclaireurs).

Or, un kata se déroule sur un tatami, sur un sol plat et couvert. Pas de relief, d'eau, de caillou, de pente, de fossé, d'ornières, de montagne, de forêt et j'en passe. De plus un kata suit un shéma immuable, l'embusen. Et chaque kata en a un. On doit l'imaginer sur le sol pour pouvoir évoluer sans se perdre, sinon, on va commencer un kata dans le dojo et le terminer à la station de bus la plus proche, sous l'hilarité des passants.

On ne doit donc pas imaginer plusieurs explications pour un seul kata, l'embusen étant immuable on ne doit pas s'amuser à faire déplacer les ennemis comme on veut et changer de tactique et de stratégie à chaque pan du kata. On ne doit pas non plus mélanger les stratégies, immuables, de tous les katas pour expliquer chacun d'eux. Les embusen ne sont pas les mêmes , donc la topographie des attaques n'est pas la même et ipso facto la stratégie ne sera pas la même.

A mon humble avis, Funakoshi aurait imaginé 15 embusens (topographie des attaques différentes selon un shéma synthétique) pour utiliser les 15 meilleures stratégies et attaques et défenses possibles en y combinant judicieusement toutes les techniques efficaces du karaté. Plusieurs séquences techniques se répétant dans ces katas, ce qui signifie qu'on apprend à utiliser les mêmes techniques des armes naturelles dans 15 situations différentes et 15 stratégies différentes ;  le but étant que le corps se souvienne à faire sortir la technique adéquate dans une situation similaire, avec un embusen (données du terrain et de l'ennemi) différent.

Si on veut aller plus loin, il suffit de consacrer le reste de sa vie aux autres katas qui restent. Ce plus loin ne signifie pas devenir plus expérimenté dans les techniques mais se dominer de l'intérieur et dépasser le stade de la self défense pour atteindre  l'étape de la non violence et éviter le combat par la simple attitude ou le simple regard...

Je crois que pour se tirer d'affaire dans la rue, contre plusieurs agresseurs, il faut avoir maîtrisé tous les embusens des katas et les stratégies qui vont avec ( positions, déplacements, reculs, vote-faces, pivots, etc), ainsi que les techniques mémorisées.C'est un minimum vital, car le maximum dépend de l'état réel des lieux et de la topographie. On n'est pas en dojo et les gus ne sont ni en kimonos ni pieds nus. Il ne faut donc pas perdre son temps à rechercher un prétendu bunkai cachépour utiliser au mieux , prétendûment, l'enseignement issu des katas; mais à surpasser les stratégies d'antant incluses dans les katas, car les agresseurs d'hier ne sont pas ceux d'aujourd'hui. Comme les virus, ils ont muté et ont changé de méthodes d'agression. Ils sont plus futés et même plus cultivés que leurs homologues des siècles passés.

Pour s'en protéger, un bunker (ambulant) ne suffit pas si le gain leur est alléchant, alors un bunkai...


Revenir en haut
charlesrene


Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2013
Messages: 130
Localisation: paris (près de)
Masculin
Style: shotokan et mawashido
Grade: 38 ans de pratique

MessagePosté le: Mer 13 Nov - 21:16 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

Bonjour Charles,

Citation:
Je n'ai trouvé que le bunkai de heian shodan, où se trouve les autres bunkais ?

http://mawashido.free.fr/leseians.htm 
   
http://mawashido.free.fr/ikatasup.htm   
   
    
   

Citation:


Tu précises à plusieurs endroits de ton site que pour comprendre un kata et son bunkai il faut recourir à la stratégie et la tactique. Or, à ma connaissance, la tactique et la stratégie sont des moyens de tenter de remporter une victoire ou de résoudre un problème complexe (contre d'autres personnes) de diverses natures (un complot, une conspiration ou une machination par exemple). La tactique étant un sous élément de la stratégie , modifiable à souhait pour réussir la stratégie d'ensemble.

A l'air libre, la stratégie globale et la tactique; envisagée pour chaque tranche de la stratégie, dépendra de l'état des lieux : topographie, issues, obstacles, luminosité, soleil ou pluie, etc, déplacement de l'ennemi, son nombre, son armement, et j'en passe. On travaille donc avec des données mouvantes et changeantes selon les temps et les époques, selon les ennemis. Un général d'armée fera donc moduler sa stratégie et ses tactiques selon les données qu'il a sous les yeux ( ou des yeux de ses espions ou éclaireurs).

Or, un kata se déroule sur un tatami, sur un sol plat et couvert. Pas de relief, d'eau, de caillou, de pente, de fossé, d'ornières, de montagne, de forêt et j'en passe. De plus un kata suit un shéma immuable, l'embusen. Et chaque kata en a un. On doit l'imaginer sur le sol pour pouvoir évoluer sans se perdre, sinon, on va commencer un kata dans le dojo et le terminer à la station de bus la plus proche, sous l'hilarité des passants.

   
   
Je ne dis pas que l’ensemble des données stratégiques et tactiques se retrouvent dans les kata. D’où les pages de mon site consacrées à ces sujets.   
   
http://mawashido.free.fr/page8.html   
   
http://mawashido.free.fr/istrate.htm   
   
Néanmoins de nombreuses erreurs de bunkai auraient été évitées avec un minimum de connaissance dans ces domaines.    
   


Citation:
On ne doit donc pas imaginer plusieurs explications pour un seul kata, l'embusen étant immuable on ne doit pas s'amuser à faire déplacer les ennemis comme on veut et changer de tactique et de stratégie à chaque pan du kata. On ne doit pas non plus mélanger les stratégies, immuables, de tous les katas pour expliquer chacun d'eux. Les embusen ne sont pas les mêmes , donc la topographie des attaques n'est pas la même et ipso facto la stratégie ne sera pas la même.

   
   
Dans les katas tu retrouves des notions telles que rythme cassé, limitation des lignes d’attaques, certaines feintes, utilisation d’un adversaire pour gêner les autres, moment où l’on nargue ses adversaires ETC.    
   
Il ne faut pas mélanger stratégie, tactique, logistique etc. Les kata contiennent beaucoup de chose, mais pas tout. Mais le fait de nous faire réfléchir dessus nous permet de progresser. Et évite des erreurs, pour ne pas dire plus, comme appliquer un tekki avec un seul adversaire au centre d’un tatamis en zen-kutsu. Ce qui ne correspond ni à la stratégie générales de ces kata, ni aux différentes tactiques utilisées.  

Citation:
A mon humble avis, Funakoshi aurait imaginé 15 embusens (topographie des attaques différentes selon un shéma synthétique) pour utiliser les 15 meilleures stratégies et attaques et défenses possibles en y combinant judicieusement toutes les techniques efficaces du karaté. Plusieurs séquences techniques se répétant dans ces katas, ce qui signifie qu'on apprend à utiliser les mêmes techniques des armes naturelles dans 15 situations différentes et 15 stratégies différentes ;  le but étant que le corps se souvienne à faire sortir la technique adéquate dans une situation similaire, avec un embusen (données du terrain et de l'ennemi) différent.

   
   
L’embusen n’est qu’un moyen pratique de faire rentrer la kata dans un espace fixe. A part cela, en dehors de la compréhension des pivots il ne sert pas à grand-chose et pourrait être différent.

Citation:
Si on veut aller plus loin, il suffit de consacrer le reste de sa vie aux autres katas qui restent. Ce plus loin ne signifie pas devenir plus expérimenté dans les techniques mais se dominer de l'intérieur et dépasser le stade de la self défense pour atteindre  l'étape de la non violence et éviter le combat par la simple attitude ou le simple regard...

   
   
Là, tu donnes beaucoup de pouvoir aux kata, en tout cas ce n’est pas le nombre de kata connus qui compte, c’est la profondeur de cette connaissance.

Citation:


Je crois que pour se tirer d'affaire dans la rue, contre plusieurs agresseurs, il faut avoir maîtrisé tous les embusens des katas et les stratégies qui vont avec ( positions, déplacements, reculs, vote-faces, pivots, etc), ainsi que les techniques mémorisées.C'est un minimum vital, car le maximum dépend de l'état réel des lieux et de la topographie. On n'est pas en dojo et les gus ne sont ni en kimonos ni pieds nus. Il ne faut donc pas perdre son temps à rechercher un prétendu bunkai cachépour utiliser au mieux , prétendûment, l'enseignement issu des katas; mais à surpasser les stratégies d'antant incluses dans les katas, car les agresseurs d'hier ne sont pas ceux d'aujourd'hui. Comme les virus, ils ont muté et ont changé de méthodes d'agression. Ils sont plus futés et même plus cultivés que leurs homologues des siècles passés.

Pour s'en protéger, un bunker (ambualnt) ne suffit pas si le gain leur est alléchant, alors un bunkai...

   
   
Tu mélanges « ambusen » et logistique et jeu de jambes d’un côté, techniques mémorisées…    
   
Mémoriser des techniques ne sert à rien, il faut les maitriser à partir du hara.   
   
Penser que les agresseurs actuels sont plus futés et même plus cultivés que leurs homologues des siècles passés est quand même risqué. Tu préfères faire face à un voyou ou à un samouraï ?    
   
En tout cas la seule chose que je peux déduire de ta vision des choses c’est que selon toi les kata sont inutiles, le karaté est inutile et que seul un tank (bunker ambulant) peut nous permettre de survivre dans la rue. Quand je vais sur certains forum, je me demande si ce n’est pas la peur qui domine. Si l’on pense avoir besoin « d’urgence » de pouvoir se battre, il ne faut pas se tourner vers un art-martial. Il faut viser une discipline basée sur la condition physique avec un bagage technique beaucoup plus réduit. Si par exemple tu te bases sur un an d’entrainement, il est probable qu’un boxeur sera plus efficace qu’un karateka. Ensuite, les choses pourront s’inverser progressivement.   

_________________
Franck Charles René LEGER
http://mawashido.free.fr


Revenir en haut
abdel


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2013
Messages: 425
Localisation: Témara, Maroc
Masculin
Style: shotokan
Grade: ceinture noire 1er Dan

MessagePosté le: Jeu 14 Nov - 01:12 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

Bonsoir Charles,

Je rappelle que je n'ai pas les compétences recquises pour discuter en profondeur d'un art que je viens juste de frôler un petit peu (un an et demi de pratique). Cependant, je pense avoir assez lu sur le sujet pour pouvoir formuler quelques pensées que j'espère  être assez logiques. Sans quoi, je ne mériterais pas de continuer à pratiquer un si noble art. Il est indéniable que la pratique du karaté se fait par le geste et non par la parole. L'esprit aide à progresser ( ce qui est bien mon cas), mais c'est le corps qui assume le tout, car c'est lui l'arme, l'esprit étant le téléguideur assermenté. Il est donc tout à fait logique de réfléchir tout le temps sur ce qu'on fait par le geste . Donc, lire ( à tête reposée) aide beaucoup à la pratique.

En accordant de l'intérêt à mon flot de pensées, tu confimes ce que je dis plus haut et donc que je suis sur la bonne voie. Mais de là à dire que je ne crois ni aux katas ni au karaté et qu'il vaudrait mieux faire autre chose de plus "rapide" à maîtriser , avec moins de complications techniques pour parer aux situations d'urgence, alors là je crois que je constate que j'ai lamentablement échoué à me faire comprendre. Cela viendrait-il un peu de mon style pédant et alambiqué ? Sans doute, car je suis un francophone qui n' a pas d'oral quotidien de cette langue. Je l'écris seulement. D'où une absence de simplicité flagrant.

Je reviens donc préciser certaines de mes pensées (qui sont d'ailleurs toujours discutables).

Citation:

comme appliquer un tekki avec un seul adversaire au centre d’un tatamis en zen-kutsu. Ce qui ne correspond ni à la stratégie générales de ces kata, ni aux différentes tactiques utilisées.

Si moi, le débutant, je ne pense pas du tout comme ça, alors ceux qui le font doivent se tourner vers la boxe ou autre chose, ce ser aplus rentable pour eux.
Les tekki sont effet les katas fétiches du kiba dashi et de la défense, acculé "au mur " contre des adversaires venant des deux côtés latéraux et d'en face (ou probablement les mêmes qui reviennent en face de soi). Donc se mettre en zen kutzu et au centre du tatami ( et probablement se tourner en arrière) est une absurdité . On ne nomme pas pour rien le kiba dashi "position du cavalier" ! A-t-on déjà vu un cheval reculer en combat ? Ou un chevalier batailler sur son dos ?.
Citation:

L’embusen n’est qu’un moyen pratique de faire rentrer la kata dans un espace fixe. A part cela, en dehors de la compréhension des pivots il ne sert pas à grand-chose et pourrait être différent.

"Pourrait être différent". Mais IL EST DIFFERENT d'un kata à l'autre. Il l'est pour étudier une stratégie différente justement. L'espace fixe ne sera plus fixe, si en combat réel, on utilise des pans d'embusens différents, cela devient mobile à souhait. C'est comme reconstruire un puzle à partir dembusens différents. On peut en reconstruire à l'infini ! Voilà pourquoi il est très important de maîtriser tous les embusens et les techniques et déplacements qui vont avec.. Ce sera comme un somnombule qui marchera sur des ficelles différentes et des directions différentes sans s'en rendre compte, cela vient tout seul en cas de besoin. C'est le sommet de l'apprentissage ! Donc, katas et techniques jusqu'à la fin de sa vie. Je ne peux cette fois être plus clair sur ma philosophie de la pratique de cet art.
Citation:
Là, tu donnes beaucoup de pouvoir aux kata, en tout cas ce n’est pas le nombre de kata connus qui compte, c’est la profondeur de cette connaissance.

Oui, je donne beaucoup de pouvoirs aux katas, mais au même titre que le kihon et le kumité, au même titre que la stratégie du combat à deux, au même titre que l'assouplissement, au même titre qu'il faudrait suer toute son eau à chaque entraînement, au même titre qu'il faudrait toujours combattre des ennemis imaginaires lors de chaque entraînement, au même titre qu'il faudrait écouter son corps, chaque fibre, à chaque mouvement et bien entendu au même titre que le fait de faire tout cela avec son hara.
Citation:
Tu mélanges « ambusen » et logistique et jeu de jambes d’un côté, techniques mémorisées…
Où ? Sais-tu, Charles, que la plupart des pratiquants ne savent même pas ce que c'est qu'un embusen ? Et qu'ils mélangent à souhait les katas dès qu'on leur demande d'en exécuter quelques uns ?D'un autre côté, tu ne serais pas un peu en train de mélanger la logistique des bunkais avec les techniques du katas ? Le kata, lui, est immuable. Son embusen et ses techniques sont mémorisés d'avance sinon on ne peut pas prétendre l'exécuter correctement. Mais après cela, vient le bunkai avec sa logistique (des postures différentes, des ripostes réaménagées, un jeu de jambe différent, etc).
Citation:
Penser que les agresseurs actuels sont plus futés et même plus cultivés que leurs homologues des siècles passés est quand même risqué. Tu préfères faire face à un voyou ou à un samouraï ? 


A un samourai Bien sûr ! D'abords parce que le samourai a un code d'honneur à suivre et il a une mission bien determinée, protéger son seigneur et ses biens contre les brutes (justement !). Ce n'est donc ni un voleur, ni un tueur à gage, ni un bandit de grands chemins ! (Myamoto musachi allait être victime de deux truands dans une auberge, mais en sabrant deux mouches au vol, il les a fait déguerpir !). A moins qu'il soit un Ronin, sans maître, et tuant pour survivre ( c'est le cas de nos truands d'aujourd'hui !). Ensuite, il ne tue pas pour le plaisir de tuer, comme nos drogués d'aujour'huiet quand il  tue,  ce sera par nécessité et il le fait proprement et non pas vous taillader tout le corps histoire de roucouler de plaisir en vous entendant gémir et vous regarder pisser tout votre sang. Ceci est l'apanage de nos truands...

Citation:
Si l’on pense avoir besoin « d’urgence » de pouvoir se battre, il ne faut pas se tourner vers un art-martial. Il faut viser une discipline basée sur la condition physique avec un bagage technique beaucoup plus réduit.

Je n'ai pas du tout cette vision de l'utilité du karaté. Mais pour l'étayer, il me faudra écrire tout ce que je pense dans un bouquin tout entier pour expliquer toutes les vertus d'un art martial. Comme disait Habersetzer, expliquer ce qu'est la voie necessite bien des ouvrages, ou tout simplement un sourire...
Le sourire du vrai karatéka est d'une tout autre nature, celle d'avoir entrevu quelque chose après avoir tant sué tant d'années. Ce quelque chose, c'est le bonheur intime, impossible à expliquer. Mais alors, impossible !


Revenir en haut
charlesrene


Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2013
Messages: 130
Localisation: paris (près de)
Masculin
Style: shotokan et mawashido
Grade: 38 ans de pratique

MessagePosté le: Lun 2 Déc - 16:21 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant


    
Bonsoir Abdel,

Citation:



L'esprit aide à progresser ( ce qui est bien mon cas), mais c'est le corps qui assume le tout, car c'est lui l'arme, l'esprit étant le téléguideur assermenté. Il est donc tout à fait logique de réfléchir tout le temps sur ce qu'on fait par le geste . Donc, lire ( à tête reposée) aide beaucoup à la pratique.



En ce qui concerne le corps qui assume tout, regarde la video sur Jion. Corps ou esprit?
http://www.skcsa.com/video.php
    
Voici la relation que je fais entre le corps et l’esprit dans le mawashido.
    
    

    
INTRODUCTION    
Je voudrais, avant de commencer les explications techniques, vous faire comprendre et aimer un art : le Karaté-Do. Il ne s'agit pas ici d'un sport de combat, le côté n'est qu'un support pour conduire votre réflexion et non un but.

Les tableaux suivants vous feront mieux comprendre mon intention.
SPORT DE COMBAT
Connaisances (fonction règles relatives au sport concerné)
Imitation / correction



Recherche de la force par répétition

Combat
Corps

Corps

Corps

ART MARTIAL    
Connaisances (les plus complètes possibles)
Réflexion / Compréhension

Coordination / Sensation

Esprit

Esprit + Corps


Réflexion/Analyse des sensations

Correction/Coordination / Sensation

Esprit

Esprit + Corps


Stratégie

Applications
Esprit

Esprit + Corps
En fait, dans l'art, la force provient d'une recherche de l'union ou plutôt de l'association du travail de l'esprit et du corps. Le corps est ici un instrument servant à contrôler ce que l'esprit a imaginé et non l'outil principal. La force ne provient plus de la répétition d'une technique grossièrement vue mais de sa compréhension profonde. La force physique n'intervient, alors, qu'au niveau de la résistance du vecteur qui frappe mais pas dans l'exécution de la technique. En fait, votre technique ne sera forte que si vous n'avez pas l'impression d'avoir mis de force. Le mouvement doit être parfait, c'est tout.     
Dans la partie technique, chaque détail est expliqué. Il suffit d'en comprendre, en profondeur, le sens et de l'enseigner au corps pour devenir efficace au niveau technique. Ensuite, il faut suivre une nouvelle voie, celle de la stratégie. Les Kata n'ont pas pour but de vous entraîner à enchaîner des techniques vides de sens, ils ont pour but de vous montrer la voie de la stratégie. Ceci sera démontré à l'aide de 15 kata traditionnels (5 de base et 10 supérieurs) que vous trouverez dans la partie kata et bunkai. Chaque Kata est décrit avec son bunkai intégral selon la stratégie. Il est indispensable que vous cherchiez à le comprendre plus qu'à l'apprendre. Les kata de la voie de la courbe (Mawashi-Do), qui ont pour but de faire la liaison entre la stratégie contre un adversaire et celle contre plusieurs, seront également décris. Bon courage et bonne chance.    
Maintenant quelques conseils
  • Considérez chaque chapitre comme un cours et travaillez-le sérieusement.
  • Suivez-en l'ordre, ne passez au suivant que si le précédent est compris.
  • Souvenez-vous que le plus important est la compréhension. Reportez-vous souvent au tableau précédent.
  • Ne faites pas de combat avant d'avoir maîtrisé les bases, pratiqué les gammes et les Kata (les maîtres considéraient qu'il fallait atteindre le 3e Dan avant de faire du combat).
  • Travaillez avec lenteur. Seule la lenteur peut donner la vitesse.
  • Ne négligez pas les Kata Mawashi.
    Ils permettent de maîtriser les courbes et les kata traditionnels.
    Ils sont à la base des voies de la coordination, de la compréhension et de la stratégie.
    Ils en sont l'aboutissement.

Citation:



Cela viendrait-il un peu de mon style pédant et alambiqué ? Sans doute, car je suis un francophone qui n' a pas d'oral quotidien de cette langue. Je l'écris seulement. D'où une absence de simplicité flagrant.


    
Non, ton style est, normal. Il ne me pose aucun problème. C’est plutôt qu’ayant beaucoup lu, tu as tendance à prendre pour acquis certaines « légendes urbaines » dans certains cas. Beaucoup d’auteurs préfèrent écrire ce que les lecteurs attendent plutôt que de transmettre l’art. Donc, méfiance.    


Citation:



On ne nomme pas pour rien le kiba dashi "position du cavalier" ! A-t-on déjà vu un cheval reculer en combat ? Ou un chevalier batailler sur son dos ?.


    
Pour moi, kiba-dachi correspond à un pas (déplacement latéral). Quant à parler de la « position du cavalier » je suis contre car on en arrive à « fixer » les jambes avec poids du corps à 50/50. Loin de ce que ferait un cavalier.     
Il faudrait revoir les textes sur l’équitation militaire. En tout cas, le pas de recul existe en équitation et les chevaliers étaient bien obligés de batailler sur le dos de leurs chevaux. Et même de se livrer à certaines acrobaties, voir les indiens…    

 
 
Citation:

L’embusen n’est qu’un moyen pratique de faire rentrer la kata dans un espace fixe. A part cela, en dehors de la compréhension des pivots il ne sert pas à grand-chose et pourrait être différent.

    

Citation:
"Pourrait être différent". Mais IL EST DIFFERENT d'un kata à l'autre. Il l'est pour étudier une stratégie différente justement. L'espace fixe ne sera plus fixe, si en combat réel, on utilise des pans d'embusens différents, cela devient mobile à souhait. C'est comme reconstruire un puzle à partir dembusens différents. On peut en reconstruire à l'infini ! Voilà pourquoi il est très important de maîtriser tous les embusens et les techniques et déplacements qui vont avec.. Ce sera comme un somnombule qui marchera sur des ficelles différentes et des directions différentes sans s'en rendre compte, cela vient tout seul en cas de besoin. C'est le sommet de l'apprentissage ! Donc, katas et techniques jusqu'à la fin de sa vie. Je ne peux cette fois être plus clair sur ma philosophie de la pratique de cet art.  
 
     
Là, désolé, mais ce ne sont pas les embusens qui t’apporteront grand-chose. Tout d’abord parce qu’il y manque tellement de types de pas, de type de déplacements, de directions, de travail sur les esquives etc. que le niveau atteint sera très bas. D’autant que le ventre est généralement absent de ces déplacements. Et je ne parle pas des pivots car le kata s’y arrête bien souvent.    

 
 
     
Citation:
Là, tu donnes beaucoup de pouvoir aux kata, en tout cas ce n’est pas le nombre de kata connus qui compte, c’est la profondeur de cette connaissance.
    

Citation:
Oui, je donne beaucoup de pouvoirs aux katas, mais au même titre que le kihon et le kumité,
   
Les gammes t’apporteront plus.    
     
Citation:



au même titre que la stratégie du combat à deux,


    
Contre un ou plusieurs adversaires.    
     
Citation:



au même titre que l'assouplissement,


    
Pas si utile que cela car vite perdu aussi bien qu’en cas d’interruption qu’avec l’age. Est également fonction du pantalon (jean serré).
    
     
Citation:



au même titre qu'il faudrait suer toute son eau à chaque entraînement,


    
Oui, mais surtout pas au travers des techniques de karate.     
     
Citation:



au même titre qu'il faudrait toujours combattre des ennemis imaginaires lors de chaque entraînement,  


   
Il faudrait plutôt visualiser, sentir les adversaires.    
     
Citation:



au même titre qu'il faudrait écouter son corps, chaque fibre, à chaque mouvement


    
Oui, oui, oui…    
Citation:



et bien entendu au même titre que le fait de faire tout cela avec son hara.


    
Oui, oui, oui, oui…    

 
 
     
Citation:
Tu mélanges « ambusen » et logistique et jeu de jambes d’un côté, techniques mémorisées…
    
Citation:
Où ? Sais-tu, Charles, que la plupart des pratiquants ne savent même pas ce que c'est qu'un embusen ? Et qu'ils mélangent à souhait les katas dès qu'on leur demande d'en exécuter quelques uns ?D'un autre côté, tu ne serais pas un peu en train de mélanger la logistique des bunkais avec les techniques du katas ? Le kata, lui, est immuable. Son embusen et ses techniques sont mémorisés d'avance sinon on ne peut pas prétendre l'exécuter correctement. Mais après cela, vient le bunkai avec sa logistique (des postures différentes, des ripostes réaménagées, un jeu de jambe différent, etc).
   
     
La logistique correspond aux opérations ayant pour but de permettre aux armées de se déplacer, de combattre et d'assurer les évacuations (marche, jeu de jambes, rompre..).
http://mawashido.free.fr/strateg/logistic.html
Pas de rapport donc avec les bunkai ou les techniques en elles-mêmes. En outre, le kata ne sera « immuable » que dans sa forme finale, polie. Pas dans la forme grossière que l’on nous transmet.
    
     
  
 
Citation:
Penser que les agresseurs actuels sont plus futés et même plus cultivés que leurs homologues des siècles passés est quand même risqué. Tu préfères faire face à un voyou ou à un samouraï ? 
    

Citation:
A un samourai Bien sûr ! D'abords parce que le samourai a un code d'honneur à suivre et il a une mission bien determinée, protéger son seigneur et ses biens contre les brutes (justement !). Ce n'est donc ni un voleur, ni un tueur à gage, ni un bandit de grands chemins ! (Myamoto musachi allait être victime de deux truands dans une auberge, mais en sabrant deux mouches au vol, il les a fait déguerpir !). A moins qu'il soit un Ronin, sans maître, et tuant pour survivre ( c'est le cas de nos truands d'aujourd'hui !). Ensuite, il ne tue pas pour le plaisir de tuer, comme nos drogués d'aujour'huiet quand il  tue,  ce sera par nécessité et il le fait proprement et non pas vous taillader tout le corps histoire de roucouler de plaisir en vous entendant gémir et vous regarder pisser tout votre sang. Ceci est l'apanage de nos truands...

   

Sûre que se faire couper la tête par un samouraï ou ouvrir le ventre a au moins l’avantage qu’il utilisera une arme parfaitement entretenue et aiguisée. En outre, tu n’auras aucune chance. Par contre, rare sont les voyous qui sont au niveau d’un samouraï, donc je les préfère. Tu as néanmoins raison sur un point, à savoir, que l’on risque plus de tomber sur un voyou que sur un samouraï. 

Pour clore sur bunkai et applications, comment visualiser les adversaires lorsque l'on exécute un kata à partir des diverses applications???

_________________
Franck Charles René LEGER
http://mawashido.free.fr


Dernière édition par charlesrene le Dim 10 Avr - 22:42 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
abdel


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2013
Messages: 425
Localisation: Témara, Maroc
Masculin
Style: shotokan
Grade: ceinture noire 1er Dan

MessagePosté le: Mar 3 Déc - 14:01 (2013)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan Répondre en citant

Bonjour Charles,

Merci bien pour toutes ces précisions.

J'avais déjà vu la video indiquée sur Jion (elle a été déposée par Fox sur le forum de Johnny, où je continue à participer activement). En fait tout le handi-karaté exprime la primauté du mental sur le handicap du corps. Et un handicap restera toujours un handicap quel que soit la force mentale.

Concernant mes lectures, je procède toujours à des recoupements et je laisse souvent décanter pour revenir à la charge en relisant ce qui a été lu une fois pour mieux l'assimiler. Quand il s'agit de sujets "lourds", je laisse tomber jusqu'à avoir acquis une progression suffisante pour être apte à comprendre. Ainsi, beaucoup de sujets sont en veilleuse pour moi, jusqu'à quelques années après.

Tel est le cas par exemple des bunkais des katas supérieurs. Je me concentre à comprendre pour le moment les bunkais que tu as exposés pour les 5 heians ( qui sont de mon niveau, bien je ne sois pas de leur niveau en pratique).

J'ai eu quelques remarques mais qui se sont avérées fausses en relisant plus lentement et en visualisant mentalement. d'autres remarques me paraissent logiques mais je suis sûr qu'avec le temps elles seront fausses elles aussi. Par exemple, je constate que dans vos bunkais, tori agit toujours avec les mêmes techniques : oi zuki, gyaku zuki, mae te, mae geri kekomi, saisie. Je me suis posé la question de savoir si tori me balance, au lieu de mae te, un ushiro geri dans les parties, si ce ne sera pas la fin du kata et pas la peine de continuer puisque je serais dans un brancard.

Mais je suis sûr que par la suite je comprendrais que c'est la position et la distance de tori, ainsi que la défense de uke inscrite dans le kata qui determine la parade ou l'attaque de tori...

J'ai pensé aussi mettre tout cela en dessin animé, surtout pour visualiser ce qui ne se voit pas (sauf ce qui passe dans les têtes comme changement à la dernière minute d'une technique pensée autrement mais faite autrement...). Je suis à la recherche d'un logiciel qui puisse m'aider à mettre cela en pratique.

J'aurais ainsi un kata-atak complet, le kata étant ce qu'il est, le atak sera son miroir, celui du travail de tori. Le puzzle sera visualisé au complet.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:38 (2017)    Sujet du message: Bunkais tekki sandan

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    karaté do shotokan Index du Forum -> Bunkais -> les bunkais des katas Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky